Pourquoi cet article ?

Nous avons décidé d’écrire cet article car nous sommes souvent questionnés sur les différences entre Mahara et Karuta. Ce sont les deux solutions Open Source les plus populaires en France et dans le monde pour la réalisation de ePortfolio. Pour autant leur approche globale et leurs fonctionnalités sont très différentes. Cependant, l’objet de cet article n’est pas de juger si l’une ou l’autre des solutions est meilleure que l’autre, mais plutôt de montrer leurs orientations et usages possibles respectifs. Pour information, personnellement, je suis un grand fan des deux solutions.

Mahara : orienté ePortfolio de valorisation des compétences, adapté à la création de contenus de manière assez libre par l’étudiant

Mahara vise un type de ePortfolio très libre en terme de création par l’étudiant et très adapté à la mise en œuvre de ePortfolio de valorisation de compétences, de réalisations et de présentation. Cette solution offre beaucoup de souplesse pour la création libre par l’auteur de collections et de pages, d’écrits, d’agencements d’informations, d’intégrations de documents qu’il pourra partager rattacher à des compétences et partager à qui il l’entend. Son autre grand point fort et l’intégration possible avec le LMS Moodle qui a un intérêt pendant sa formation à l’université. Il peut-être également utilisé comme un carnet de bord quotidien dans lequel l’étudiant décrit et réfléchit de manière assez libre sur ses apprentissages. Ces deux points forts en font un outil particulièrement efficace du point de vue de l’étudiant pour documenter ses acquis d’apprentissage et les partager.

Figure 1 : page de création et de gestion des pages et des collections par le propriétaire du ePortfolio dans Mahara

A l’inverse, il offre beaucoup moins de liberté à l’organisme de formation qui souhaite le personnaliser pour déployer une Approche par compétences (APC).  Cet outil ne permet pas de souplesse pour manipuler et combiner entre eux de manière dynamique des objets tels que des compétences et leurs composantes, leur type (métier, transversales, académiques…), avec des traces et des preuves pouvant être listées, appelées et utilisées plusieurs fois pour plusieurs compétences, etc. L’outil ne permet pas de créer des présentations personnalisées sous forme de listes de compétences ou autres et de les agencer avec souplesse pour réaliser des tableaux de suivi de l’étudiant et ou de suivi de cohortes par les responsables pédagogiques. Bien que le module “Smart Evidence” dans les récentes versions de Mahara permette l’intégration d’un référentiel de compétences dans le ePortfolio, la structuration du référentiel est figée. Mahara n’étant pas assez souple pour intégrer l’APC, il ne se positionne pas comme un outil pouvant déployer un véritable “workflow compétences” avec des processus fins autour de référentiels de compétences imbriqués, avec différents types d’action et de rôles que le concepteur doit pouvoir définir et adapter à souhait. Une évaluation ou le suivi des compétences pour une grande cohorte d’étudiant est complexe. De même l’évaluation fine des compétences d’un étudiant adaptée à l’APC de l’établissement sera peu facilitée par l’outil. Elle nécessitera, pour compenser beaucoup d’aller-retour entre l’évaluateur et le propriétaire du ePortfolio.

Pour résumer, Mahara est l’outil idéal pour un ePortfolio de valorisation des apprentissages et des compétences avec une approche pédagogique qui privilégie la création très libre de contenus par l’étudiant visant à documenter ses compétences plutôt que le déploiement par un établissement d’un outil facilitateur de l’APC.

Karuta : adapté à la construction et gestion de tous types de ePortfolio pour faciliter la mise en œuvre des Approches par compétences

Karuta est un outil flexible et un environnement de développement qui permet de créer tous types de ePortfolio. Il est possible de créer des sections, des pages et des sous-sections pour organiser l’architecture de l’information. L’édition des pages permet moins de souplesse que dans Mahara : pas de glisser déposer de contenu, moins de mise en forme libre des pages par l’auteur. Karuta ne s’intègre pas à un LMS mais est compatible LTI, ce qui permet si besoin de développer des interactions avec Moodle, Chamilo, Sakai, etc. Différentes universités utilisent l’authentification CAS pour naviguer facilement du LMS au eportfolio sans double saisie des identifiants. Karuta a été pensé comme outil numérique de la formation et la professionnalisation tout au long de la vie et n’est donc pas lié à un LMS qui ne serait utilisé que pendant le cursus à l’université. Le diplômé, comme à l’IUT2 Grenoble peut garder son eportfolio pour faciliter ses aller-retour à l’université ou l’exporter en .ZIP (XML, HTML…)

Son plus gros point fort réside dans les possibilités infinies de combinaisons et de communication entre objets pouvant être créés par le concepteur de ePortfolio comme par exemple des référentiels sur mesure avec des critères d’évluation, pouvant être appelés par l’utilisateur par des menus personnalisés, ou sélectionnés par listes de catégories de référentiels, ou intégrés directement dans les pages. Karuta permet également l’édition collaborative d’un référentiel par plusieurs acteurs qui participent à la création du modèle d’un ePortfolio. Le concepteur peut utiliser une bibliothèque de ressources de base à sa disposition et grâce à un système de “tag sémantique” (mot-s) qu’il va pouvoir leur attribuer, il pourra créer tous types d’objets comme par exemple une “compétence transversale”, lui associer un titre, une description, un menu pour ajouter des preuves, un référentiel de provenance à choisir depuis une liste, une grille d’évaluation par l’enseignant qu’il pourra créer comme il l’entend, une autre grille d’évaluation par les  pairs, etc.

À chaque ressource ou objet créé, il est possible d’attribuer des actions et créer des rôles pour ces actions. Chaque page ou, de manière plus fine, chaque objet dans une page, peut-être partagé par le propriétaire du eportfolio à des utilisateurs avec des rôles, qu’ils aient un compte ou non dans la plateforme (exemple : évaluation d’une situation d’apprentissage par un enseignant, évaluation d’une fiche de stage par un professionnel en entreprise…).

Différents outils dans Karuta facilitent la valorisation des compétences de l’étudiant en les présentant de manière originale et interactive.
C’est le cas d’une carte mind mapping que l’étudiant peut créer, inspirée de l’application “Mindly”, qui lui permettra de communiquer par lien web public ses compétences, sa réflexivité, ses preuves par des bulles cliquables d’intérêts professionnels et personnels.

Figure 2 : carte de valorisation des compétences en mind mapping, IUT2 Grenoble

Autre point fort important, la fonctionnalité “dashboard” permet au concepteur de développer des tableaux de bord personnalisés sur mesure pour créer des vues de synthèses sur les ePortfolio de l’étudiant ou d’une cohorte. Par exemple, la Haute Ecole de la Province de Liège a créé un tableau de bilan des compétences par bloc de progression dans le temps. Polytech Annecy-Chambéry a créé un tableau qui affiche la progression de l’étudiant sur ses compétences et composantes attendues par la formation sur les 6 semestres. L’IUT 2 de Grenoble, quant à lui, a créé un dashboard CV complété automatiquement à partir du eportfolio qui liste toutes les expériences, compétences au standard Europass incluant le CERCL pour les langues. Promising-IAE Grenoble affiche lui une synthèse des compétences sous forme graphique en toile d’araignée avec la superposition de l’évaluation de l’enseignant et de celle de l’étudiant. Ces tableaux de bord peuvent être exportés en PDF ou RTF, ce qui est très utile par exemple pour un CV. Même les inventeurs de Karuta n’ont pas encore imaginé tous les usages possibles. Karuta permet la construction de eportfolios sur mesure en fonction du processus adapté à une APC, tout en permettant aussi de répondre à une valorisation des compétences.

Figure 3 : vue de synthèse des compétences de l’alternant à la Haute Ecole de la Province de Liège par blocs de progression dans le temps

Pour en savoir plus, consulter l’étude comparative des solutions ePortfolio réalisée par l’équipe IDEFI ReflexPRO qui bien que datant de 2016 est toujours d’actualité : WP3 Analyse outils ePortfolio Partie2